Qui sommes nous?

En 1994, j’ai rejoint mon frère, Jean-Marie, au domaine familial (Le Clos du Tue-Boeuf).
Voyant de belles parcelles de vignes dont la récolte finissait assemblée dans des vins standardisés de coopératives ou de négociants « classiques », j’ai décidé en 1999 de démarrer une activité de « négoce ».
J’ai donc commencé à acheter des raisins sur pieds et à les vinifier. Pour compléter cette production, j’ai loué et acheté quelques parcelles.
Aujourd’hui, je vinifie l’équivalent d’une douzaine d’hectares de vignes, dont les 3/4 proviennent des achats de raisins et un quart de ma production.
Mes rencontres avec François Dutheil (Château Sainte-Anne, Bandol) et Marcel Lapierre (Morgon) m’ont fait découvrir leurs vins vinifiés sans ajout d’artifices œnologiques. Le vin naturel s’est imposé comme une évidence. Mais il s’agit d’une vinification sans filet qui impose des raisins issus de sols vivants, dont la population de levures naturelles est nombreuse et variée. D’où l’intérêt de travailler avec des vignerons responsables et respectueux de la terre.
En 2006, 75% des raisins vinifiés étaient d’origine bio ou biodynamique. Je pense atteindre 100% en 2007.
Au cours de la vinification, l’objectif est d’accompagner les raisins, de les laisser exprimer  dans le vin ce qu’ils portent en eux. Le résultat donne des vins vivants, digestes, au caractère tranché, dont on ne peut prétendre qu’ils plaisent à tout le monde mais qui trouvent partout des amateurs.
Jean-Marie et Thierry Puzelat, photographie Bertrand Celce

Jean-Marie et Thierry Puzelat, photographie Bertrand Celce

En 1994, j’ai rejoint mon frère, Jean-Marie, au domaine familial (Le Clos du Tue-Boeuf).

Voyant de belles parcelles de vignes dont la récolte finissait assemblée dans des vins standardisés de coopératives ou de négociants « classiques », j’ai décidé en 1999 de démarrer une activité de « négoce ».

J’ai donc commencé à acheter des raisins sur pieds et à les vinifier. Pour compléter cette production, j’ai loué et acheté quelques parcelles.

En novembre 2009, Pierre-Olivier Bonhomme rejoint la société et prend une part de plus en plus importante dans son évolution. Aujourd’hui, nous vinifions l’équivalent d’une quinzaine d’hectares de vignes, dont 6 hectares proviennent de notre vignoble et une dizaine d’achat de vendanges sur pieds.

Pierre-Olivier Bonhomme

Pierre-Olivier Bonhomme

Mes rencontres avec François Dutheil (Château Sainte-Anne, Bandol) et Marcel Lapierre (Morgon) m’ont fait découvrir leurs vins vinifiés sans ajout d’artifices œnologiques. Le vin naturel s’est imposé comme une évidence. Mais il s’agit d’une vinification sans filet qui impose des raisins issus de sols vivants, dont la population de levures naturelles est nombreuse et variée. D’où l’intérêt de travailler avec des vignerons responsables et respectueux de la terre.

La totalité des raisins vinifiés est cultivée en BIO ou en conversion, à l’exception du Cheverny rouge issu de vignes enherbées.

Au cours de la vinification, l’objectif est d’accompagner les raisins, de les laisser exprimer  dans le vin ce qu’ils portent en eux. Le résultat donne des vins vivants, digestes, au caractère tranché, dont on ne peut prétendre qu’ils plaisent à tout le monde mais qui trouvent partout des amateurs.