sept 23 2003

L’esprit de famille blésois

Quand Thierry Puzelat a quitté Bandol pour revenir à ses racines blésoises, elles l’ont reçu un peu froidement : gel et grêle en 1994. Le duo a encore frappé en 1999 puis en 2003. Sa famille l’a mieux accueilli. Bien que cousin éloigné, Hervé Villemade s’est vite rapproché de ses pratiques : « Quand il m’a fait goûter les vins du Clos du Tue Boeuf, je ne comprenais pas d’où il arrivait à sortir ces arômes là ». C’est aussi en lui mettant le nez dans le verre qu’Hervé a vampirisé sa soeur. lorsqu’ils reprennent tous les deux le Domaine du Moulin en 99, ils se débarrassent de la machine à vendanger et Isabelle de ses accointances gestionnaires. Cette manière de travailler c’est plutôt une façon de vivre… Parfois dangereusement puisque sans le filet des remèdes d’oenologues. Alors il faut rester groupé face à l’adversité et partager ses expériences puisque les solutions ne sont pas dans les livres. la « bande à Puzelat » compte aussi un autre brillant cousin, Christian Vénier et Philippe Tessier, dont il faut absolument goûter les 2002, vient s’y frotter.

in GaultMillau Magazine, septembre 2003