juin 20 2012

Reportage sur les portes ouvertes des 02 et 03 juin 2012

http://www.wineterroirs.com/2012/06/puzelatvillemade-open-doors-loire.html


nov 11 2010

Natural winemaking: Thierry Puzelat

http://www.guardian.co.uk/lifeandstyle/video/2010/nov/09/wine-thierry-puzelat

Cette video a été mise en ligne par the Gardian

le 9 novembre 2010


juil 15 2009

Un kamikaze du vin nature

img20051216

Au jeu des sept familles, qu’on pourrait un jour imaginer dans le monde du vin naturel, Thierry Puzelat appartiendrait de toute évidence à la famille des “kamikazes”.

Aucun syndicat viticole ni aucune instance émanant du ministère de l’Agriculture n’aura jamais raison de ce garçon qui vinifie ses Cheverny, ses Vouvray et ses Touraine en totale liberté, toujours prêt à se cogner la tête contre les murs de l’ignorance et de la paresse. “Revenons à l’ancien, ce sera un progrès”, demandait le grand Giuseppe Verdi.


juil 15 2009

Caves Augé : un cave se rebiffe !

Thierry Puzelat aux caves Augé, photographie Bertrand Celce

Thierry Puzelat aux caves Augé, photographie Bertrand Celce

C’est sur le boulevard Haussmann, au 116, que se trouve l’un des temples des amoureux du vin. Du haut de son siècle et demi d’existence, les caves Augé proposent parmi des milliers de références en vins et spiritueux les meilleurs flacons de France. Marc Sibard, le chaleureux maître des lieux, dispense des conseils éclairés pour faire découvrir des vins justes et généreux, naturels et sans soufre. Feuilleter l’élégant catalogue 2004 / 2005 est déjà un plaisir. Mieux qu’une institution, la maison Augé est une référence indiscutable.

Aussi, on ne saisit guère le sens de l’article embrouillé signé par Périco Légasse dans l’édition de Marianne du 20 au 26 novembre. Dans un long et confus développement, le critique gastronomique présente le catalogue des caves Augé comme une “apologie du prévinaigre” tout en reconnaissant que l’endroit abrite “l’une des plus belles collections de vins de la capitale”. Il déplore les “vins oxydés ou piqués” ainsi que “la piquette à Puzelat” (l’un des vignerons les plus excitants de l’hexagone !) recensés dans le catalogue, mais reconnaît l’engagement apprécié de Sibard envers les vins naturels… Bref, même Jean-François Kahn, maître de la contradiction sereine et du paradoxe échevelé, ne comprendrait rien au bafouillage de son ancien chauffeur que d’aucuns estiment plus habilité à conduire une caisse qu’à prendre des caisses. Boire ou conduire, notre zigomar a mal choisi. Les tâches domestiques n’étant pas sans noblesse, on souhaiterait que Périco Légasse (retenez ce nom car vous n’en entendrez plus jamais parler) retrouve son domaine sinon de compétence du moins d’origine contrôlée.

Christian Authier

http://www.lopinion.com/


juil 15 2009

Thanks to Louis Dresner for writing the following

« Thierry Puzelat is the younger of the two brothers who run Clos du Tue Boeuf, their family estate in Les Montils. In the 90’s, the estate had to contend with several difficult years of tiny crops, caused by late frost, mildew, hail or general bad weather, and revenues were tight. Thierry would have liked to expand the estate, by renting or buying more vineyards. Jean-Marie, single and in his late forties, did not want to add more vineyard and cellar work to his already heavy schedule. So Thierry started a négociant business, set up a winery in the village of Monthou-sur-Bièvre, and sourced excellent vineyards and vinetenders to buy their grapes.

True to his conviction that good wine is made from healthy grapes, he has selected vine growers who farm their plots organically, in bio-dynamie for some. He now offers a range of local wines, both from Touraine and Cheverny.

One of his most reliable sources is an estate tended in bio-dynamie by a neighbor and friend of the owners of Clos Roche Blanche in the hamlet of La Tesnière in Touraine. From vines growing on a soil of clay with silex over hard limestone, Puzelat buys Chenin blanc, Menu Pineau and Pineau d’Aunis grapes at harvest time. Menu Pineau, also called Arbois, is an old Loire varietal that survives in some areas, but is rarely vinified on its own. Puzelat is very familiar with it since the Clos du Tue Boeuf grows some (Touraine Brin de Chèvre), and he likes the grape for its originality, its mineral and spicy character with apple and apricot pit aromas. »

Pineau d’Aunis, sometines called Pineau rouge, is another obscure, ancient varietal that survives in Touraine, most of the time used in blends with Cabernet franc to produce rosé. Even when vinified as a red wine, as is the case here, it is very light in color, body and alcohol and is deliciously refreshing, spicy, lively and aromatic.

Arriving soon in this country are: a Pétillant naturel or sparkling wine made with Chenin blanc in méthode ancestrale (the Cerdon du Bugey method); a vin de pays Romorantin from the Cheverny area and a Cheverny white made with a high proportion of Chardonnay (30%) and Sauvignon Blanc.

For more information about this producer, please visit :

http://www.louisdressner.com/


juin 29 2007

Thierry Puzelat, apôtre inspiré du côt

Avec le côt attendri par les sols calcaires du Val de Loire, Thierry Puzelat cizèle des vins qui sont des merveilles de fruité, de construction et de profondeur. la cuvée « KO Clos de la Roche » est produite avec son propre raisin, les cuvées « KO In côt we trust » avec du raisin acheté à des viticulteurs qualifiés. En 2006, une partie du raisin travaillé par les voisins a permis à Thierry puzelat de produire 3000 bouteilles de KO rosé après un pressurage direct et un assemblage avec une moitié de gamay. Un beau rosé d’été, net et fringant à boire sans modération.
Selon l’humeur des commissions d’agrément, ces vins de Touraine bénéficient ou non de leur appellation d’origine. « En 2006, je crois que tout va être vendu en vin de table » nous explique le vigneron. Ce qui ne nous empêchera pas de leur faire honneur. La cuvée « KO Clos de la Roche » 2003, vinifiée au terme d’une année de canicule et mis en bouteille après un élevage d’une année dans des barriques de deux ou trois vins est une merveille de délicatesse trente mois plus tard. Thierry Puzelat a l’audace de laisser un peu de gaz carbonique dans ses vins ce qui leur apporte beaucoup de fraîcheur. En 2003, c’était même une nécessité bien qu’elle fût contraire aux prescriptions de l’oenologiquement correct. « C’est assez délicat, le gaz peut durcir les tannins. On peut vraiment se rater en anticipant mal l’évolution du vin. Sur une année comme 2003 où les jus manquaient d’acidité et le vin était très oxydatif, l’affaire était jouable ».
(…) « Beaucoup de gens de chez nous pensent que le côt est un cépage tannique et rustique qui doit donner des vins avec du poil aux pattes. C’est pourtant un cépage qui a une vraie finesse aromatique. En travaillant délicatement les grappes entières à basse température et en ne pigeant qu’au dernier moment pour ne pas trop extraire les tannins, on peut obtenir des vins très soyeux. » La démonstration en est faite.

Sébastien Lapaque, in L’Opinion indépendante Toulouse